DIMANCHE 25 JUIN 2017 LES PEINTRES & ARTISANS D'ART dans la Salle Carrée du CHÂTEAU des GONDI de 10h à 18h. Venez nombreux les encourager .


En savoir plus

Les grands personnages

Marcel Aymé (1902-1967)

Marcel Aymé naît à Joigny en 1902. Son père travaille comme maréchal ferrant au régiment des Dragons en garnison à Joigny.
La famille quitte la ville en 1903 pour Tours. Marcel y reste peu de temps puisqu'il part vivre dans le Jura chez ses grands-parents après le décès de sa mère en 1904.
Il étudiera à Dôle puis à Besançon mais il est victime de la grippe espagnole et doit arrêter prématurément ses études d'ingénieur.
Après son service militaire dans l'Allemagne occupée, il exercera de nombreux métiers : journaliste, agent d'assurance, employé de bureau, manœuvre...
Auteur prolifique, son premier ouvrage paraît en 1926, Brûlebois. L'année suivante, ce sera Aller-retour, publié par Gallimard, puis, en 1928, Les jumeaux du diable.
Son quatrième roman, La table aux crevés, est récompensé par le prix Théophraste Renaudot en 1929.
Parmi ses œuvres les plus célèbres on peut noter La jument verte (1933) et Les contes du chat perché (1934).

Madeleine-Sophie Barat (1779-1865)

Née à Joigny le 12 décembre 1779, Madeleine est la dernière d'une famille de trois enfants.
Son père, Jacques Barat, est tonnelier-vigneron.
Ses parents lui offriront les moyens d'acquérir une éducation lettrée et elle fait l'apprentissage de la couture.
C'est à Paris où elle était partie poursuivre ses études, accompagnée de son frère Louis, prêtre, qu'elle fonda en 1800 le premier institut féminin voué à l'adoration perpétuelle du Saint Sacrement et à l'éducation des jeunes filles.

Depuis la création de la première communauté du « Sacré-Cœur », bien d'autres sont nées dans le monde entier. On en compte aujourd'hui 600 dans plus de 40 pays, regroupant environ 4500 religieuses. Sophie Barat a été béatifiée en 1908 et canonisée en 1925.

Germain Boffrand (1667-1754) (ingénieur des Ponts et Chaussées)

Architecte et décorateur français, il fut l'élève de Girardon et de Mansart. En 1711, il est nommé premier architecte du duc de Lorraine. Il construisit le château de Lunéville en Lorraine et de nombreux hôtels particuliers à Paris. Parmi les plus importants, citons l'hôtel Le Brun (49 rue du Cardinal Lemoine), l'hôtel de Torcy (80 rue de Lille).

Appelé à Joigny pour la reconstruction du pont, la municipalité en profite pour lui commander les plans d'un l'Hôtel de Ville. Il a laissé d'autres réalisations dans l'Yonne : c'est en effet l'architecte des ponts de Villeneuve-sur-Yonne, de Pont-sur-Yonne et de Sens.

Jean Chéreau

Jean Chéreau est un personnage énigmatique car on ne connaît ni sa date de naissance, ni celle de sa mort. On sait toutefois qu'il a vécu au XVI° siècle. C'est en effet l'auteur de la reconstruction de l'église Saint-Jean, entre 1548 et 1596. Il aurait également œuvré sur le château comtal. Sa période d'activité à Joigny s'étend donc sur une soixantaine d'années. Dans un traité d'architecture qu'il a rédigé, il se définit comme tailleur de pierre natif de Joigny.
Il s'est inspiré des œuvres de l'architecte italien Serlio, qui venait de dresser les plans du château d'Ancy-le-Franc.
Louis Davier (historien de la ville du XVIII° siècle) mentionne l'existence de deux Jean Chéreau, le père et le fils. Cette indication semble confirmée par le style disparate des différentes parties du château. Il résulte que Chéreau père aurait pu être l'auteur des trois portails construits entre 1551 et 1559 tandis que Chéreau fils aurait construit la partie supérieure de l'édifice à partir de 1573. Toutefois aucune preuve n'est venue confirmer cette hypothèse.

Camille Delpy (1842-1910)

Il naît à Joigny en 1842.
Charles Daubigny est un ami de la famille et influence la peinture du jeune Camille. C'est à Paris qu'il présente son jeune élève à Corot. L'été suivant (1866), Camille Delpy part avec Daubigny à Auvers-sur-Oise. Il expose pour la première fois en 1869 au Salon des Artistes Français. Il envoie en 1889 trois tableaux à l'Exposition Universelle et obtient une mention honorable pour son oeuvre.

De Corot, il a pris la douceur, le calme et le vrai sentiment poétique de la nature ; de Daubigny, il tient la vigueur et la souplesse.

Quelques oeuvres : Matinée de Printemps près Vernon (1890), Mantes au soleil levant (1891), Lasson Gallery London, Paysage de l'Yonne  Collections municipales de Joigny.

Dominique Adolphe GRENET (1821-1845)

Il naît à Joigny en 1821, dans une famille de notables ; son père, Dominique Grenet, deviendra maire de la ville. Elève d'Auguste Couder et de Léon Cogniet, Dominique Grenet débute au Salon de 1845 où il présente un tableau Paysage, vue de Vézelay ou Saint Bernard prêche la seconde croisade et figure à ce salon jusqu'en 1882 avec des paysages qu"il empreinte à la Bourgogne, à la Bretagne et à la Forêt de Fontainebleau. il meurt à Gien, Loiret, en 1845.

 

Quelques oeuvres : La Gorge aux Loups, Forêt de Fontainebleau, Cavaliers.

Jean de Joigny (v. 1507- 1579)

Jean de Joigny serait né vers 1507, à Joigny.
Sa renommée vient de son travail de sculpteur réalisé en Espagne à partir de 1534 environ.
C'est dans les villes de Léon puis Salamanque et enfin Valladolid qu'il va créer ses plus belles œuvres en pierre, albâtre et bois mais ce sont surtout ses sculptures de terre cuite polychromées qui lui vaudront de devenir l'un des plus grands artistes du Siècle d'Or espagnol sous le nom de Juan de Juni.
On retrouve ses œuvres aujourd'hui essentiellement en Espagne, au Musée national de sculpture de Valladolid ou à l'église Saint-Marc de Léon. Une seule de ses sculptures est visible à Joigny : le cavalier de Saint-Thibault, enchâssé dans une niche creusée au-dessus de la porte de l'église Saint-Thibault.

Saint Vincent de Paul (1581-1660)

Né dans les Landes au sein d'une famille modeste de six enfants, c'est sa grande intelligence qui le fait remarquer et qui lui permet de faire des études à Dax. Il poursuit ses études à Toulouse et est ordonné prêtre en 1600.
Plus tard il sera nommé aumônier de Marguerite de Valois, première femme d'Henri IV.
Mais c'est en 1613 qu'il fait son arrivée à Joigny en temps que précepteur des enfants de Charles-Philippe-Emmanuel de Gondi.
Il aura une très grande influence sur cette famille et incitera Mme de Gondi à créer une société de charité en 1618.

Tourisme&Terroir - 89300 Joigny - contact@tourisme-joigny.fr
Contact | Plan du site | Informations légales